CONSEIL DEPARTEMENTAL DE PODOR

BP 30, Podor Commune

+33 965 11 79

Lun - Ven: 8:00 - 17:00

Installation d’incinérateurs dans les structures de santé

Activité 1 : La construction des ouvrages de destruction de déchets biomédicaux

Le programme de gestion des déchets biomédicaux et de l’hygiène dans les postes de santé du département de Podor est d’un montant total de 203 982 euros, vise à doter des infrastructures d’élimination des déchets, la formation technique à la gestion de ces infrastructures et la sensibilisation à l’hygiène. Ce programme a connu beaucoup de retard à cause du manque de maitrise des entreprises de la technologie de construction. La réalisation des ouvrages a été scindée en deux phases.

Zone de Texte: Photo : La réception provisoire de l’incinérateur de Boké Dialloubé
 
La première phase est constituée d’un lot de 09 d’incinérateurs de Monfort dont l’entreprise adjudicataire est Rich Man Entreprise. Ces ouvrages sont réalisés dans les postes de santé de Tarédji, Guédé Chantier, Aéré Lao, Madina Ndiathbé, Mboumba, Golléré, Fanaye, Ndiayéne Pendao, Thilé. La réception provisoire a été faite le 16 novembre 2016.

La deuxième phase est constituée d’un lot de 12 incinérateurs (09 de Monfort et 03 électromécaniques) et l’entreprise contractante est Sénégal Jardin Moderne. Les incinérateurs de Montfort sont réalisés dans les postes de santé de Niandane, Dodel, Boké Dialloubé, Lougué, Mbolo Birane, Saldé, Cas-Cas, Walaldé et Démett. La réception provisoire de ces ouvrages a eu lieu les 14 et 15 décembre 2016. Toutefois, l’implantation des incinérateurs électromécaniques dans les centres de Santé de Galoya, de Ndioum et de Podor a connu un retard.

En substance, lors des différentes phases de réception, les imperfections et malfaçons observées ont été consignées dans des rapports et transmis aux entrepreneurs en charge de la réalisation des ouvrages. Aujourd’hui, les dernières expérimentations faites ont donné des résultats probants et la réflexion se poursuit dans l’optique d’une parfaite maitrise du système des incinérateurs.

Au demeurant, le retard accusé dans la finalisation des ouvrages de gestion des déchets biomédicaux a empiété le calendrier de formation des agents de santé et des personnes proposées à la gestion des ouvrages. Aujourd’hui, des lettres de mise en demeure et de rappel sont remises à l’entrepreneur Sénégal jardin moderne afin qu’il respecte ses engagements ayant trait à la finalisation des travaux et la fourniture des équipements connexes afin que la formation des agents de santé puisse être entamée dans les meilleurs délais.

Activité 2 : L’atelier d’échange sur la gestion de l’hygiène dans les structures sanitaires

Le 22 février 2016, s’est tenu dans la salle de conférence de l’hôtel Samassa de Ndioum, un atelier d’échange sur l’hygiène. La rencontre a été animée par Mme Fatimata Ba de l’Association Pour le Développement de Podor (APDP), marquée par la participation des infirmiers chefs de poste du district sanitaire de Pété et de Podor. Le but de l’atelier était d’échanger sur les mesures de précaution contre les infections causées par les déchets biomédicaux grâce à une meilleure prise en compte de mesures d’hygiène et de la gestion des déchets médicaux. Le renforcement de capacité du personnel médical est crucial dans le souci de limiter les contaminations et les risques environnementaux d’autant plus que la plupart des structures sanitaires n’ont pas de système d’élimination des déchets qui sont parfois laissés à l’air libre ou brulés dans des trous aux alentours des concessions

Activité 3 : La rencontre du comité de suivi des incinérateurs

Le comité de pilotage du suivi des incinérateurs s’est réuni le 29 novembre 2016 dans la salle de conférence du Conseil Départemental de Podor. La rencontre avait permis de faire un examen de l’état d’avancement des constructions d’incinérateurs, de discuter sur la gestion des ouvrages mais aussi de proposer au partenaire les Yvelines, le réaménagement des 30 fosses d’enfouissement en incinérateurs de Montfort.

Le réaménagement des fosses est motivé par l’inadéquation de celles-ci par rapport à la typologie du sol, de l’importance des déchets et des effets nocifs sur l’environnement (pas de tri, mélange des déchets fermentescibles et non fermentescibles, risques de blessure dus aux objets piquants, coupants et tranchants, etc.). Compte tenu de ces limites techniques constatées, le comité de suivi a jugé nécessaire d’aller dans la perspective d’installer un système d’incinération dont les risques sont moindres contrairement à l’enfouissement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *